Parents adoptifs : inquiets par la recherche d’origine de votre enfant ?


Origine a publié dernièrement un article sur la quête des origines et le sentiment de gêne ou de culpabilité que ressentaient certains adoptés vis-à-vis de leurs familles adoptives au moment d’en parler. À travers cet article et certains témoignages, nous avons vu que ce sentiment naissait principalement d’une peur de blesser leurs parents adoptifs mais aussi, et souvent, d’un tabou déjà instauré au sein des familles autour de ce sujet. Cet article est donc dédié aux parents adoptifs qui nous lisent !


Beaucoup de parents adoptifs semblent ressentir une véritable crainte quant aux origines de leurs enfants. Cette crainte se manifeste pour certains dès la moindre interrogation de leur enfant au sujet de ses origines. La famille biologique de l’enfant semble apparaître pour eux comme une véritable menace. Dès que l’enfant se tourne vers son passé, ces parents interprètent cela comme un signe de mal-être dans leur famille et la perspective d’un futur délaissement de la part de leur enfant au profit de ses parents biologiques, de ses « véritables parents ».





Sachez d’abord, pour ceux qui raisonnent ainsi, que les parents d’un enfant sont avant tout ceux qui l’élèvent et l’aiment tout au cours de son existence, et non pas ceux qui le mettent seulement au monde. Retrouver sa famille biologique n’effacera donc jamais toutes les années qu’un enfant à passer à vos côtés. Votre enfant ne va pas subitement vous laissez tomber pour sa famille biologique. Il trouvera peut-être, et au mieux, une seconde famille. Mais cette perspective n’est pas systématique et, dans le cas où elle se produit, cela ne peut être que bénéfique pour lui.


Rappelez-vous ensuite, et nous vous invitons à lire les témoignages du précédent article, qu’il est parfaitement normal que votre enfant s’intéresse à ses origines. Choisir d’adopter un enfant, c’est accepter un enfant qui a un passé. Ses origines font partie de son histoire et il est normal qu’il s’interroge à ce sujet à un moment ou à un autre. Cette réaction est humaine, beaucoup d’adoptés parlent même de « besoin ». Il s’agit, pour les personnes qui le ressentent, d’une nécessité personnelle qui ne remet aucunement en cause vos qualités de parents. S’interroger sur son passé, rechercher ses origines, ne signifie pas que votre enfant ne se sent pas à sa place dans votre famille. Vous ne devez donc pas prendre cet intérêt comme une offense personnelle.


Cette crainte pousse certains parents à faire des origines un véritable tabou, plusieurs comportements s’observent alors : ils bloquent la discussion à ce sujet, culpabilisent leur enfant, ou vont même jusqu’à entraver sa recherche d’origine. Craindre de perdre son enfant est une réaction totalement naturelle, toutefois elle ne doit pas vous pousser à des comportements égoïstes. Un enfant adopté peut être plongé dans un profond mal-être face à l’absence de réponse. Cette situation peut-être d’autant plus mal vécue lorsqu’elle est instaurée par ses propres parents.


Au contraire, un parent qui fera savoir à son enfant, dès ses premières interrogations, qu’il sera présent et qu’il l’aiguillera autant que possible, ne pourra que renforcer leur relation. Tout parent adoptif devrait se préparer à ces questions. Laissez votre enfant venir à vous lorsqu’il en ressent le besoin et soyez ouverts à la discussion. Répondez à ses questions dans la mesure du possible. Si votre enfant vous partage son besoin de rechercher sa famille biologique, soutenez-le et accompagnez-le dans ses démarches.


Encore une fois, ressentir une certaine crainte est naturelle. N’hésitez-pas à en parler avec votre enfant, tout en lui assurant votre soutien malgré tout. Vous verrez qu’il vous rassurera. Ce combat est le sien, mais il aura certainement besoin de votre soutien. N'oubliez pas que l'adoption est la conjugaison de trois histoires : la sienne, la vôtre et celle que vous construisez ensemble !


45 vues0 commentaire
 
À propos
Newsletters
Suivez-nous !

FAQ

  • Facebook
  • Instagram

©2020 par Origine.