En attendant la rencontre..


Je m’appelle Serafin et je suis né le 1er octobre 1992 à Puerto Lopez en Colombie. J’ai été déposé dans un orphelinat et j’ai vécu dans une famille d’accueil pendant deux-trois ans.

J’ai été adopté à l’âge de 7 ans et demi et je suis arrivé en France en 2000. J’ai un frère, lui aussi adopté en Colombie, quelques années après moi.


Enfant, je ne me posais pas de questions sur mon adoption. Ce n’est que récemment, en voyant d’autres enfants adoptés rechercher leur famille biologique que j’ai commencé à me poser des questions et à vouloir moi aussi retrouver ma famille biologique. Je me suis lancé seul dans les recherches. Au départ je n’en ai pas parlé à mes parents adoptifs.



“J’avais peur qu’ils pensent que je les aimais moins.”


Puerto Lopez, Colombia

Quand je me suis décidé à leur en parler, ils ont très bien accueilli la nouvelle. J’ai commencé par relire mon dossier d’adoption. J’y ai trouvé le nom de ma mère biologique que j’ai ensuite cherché sur Facebook. Mes recherches ont duré quelques années, sans que je trouve quelque chose. C’est en postant un message dans un groupe de la ville où je suis né que je l’ai retrouvé. Une dame connaissait ma maman et nous a mis en contact. La rencontre s’est faite sur WhatsApp. Mon espagnol n’étant pas très bon, j’utilise beaucoup la traduction. J’ai découvert que j’ai deux grandes soeurs et trois frères qui vivent tous en Colombie. Je suis très proche d’une de mes soeurs et c’est avec elle que je discute le plus.

Au début, nos échanges ont été un peu étranges. Ils m’ont très rapidement demandé de l’argent. Je vis en France, ils se sont donc imaginé que j’étais riche. Cela leur a donc semblé normal de me demander de leur envoyer de l’argent pour aider la famille.



“J’aimerais tisser un vrai lien avec eux avant qu’il soit question d’argent.”



En commençant ces recherches, je cherchais des réponses. Je voulais savoir pourquoi j’avais été abandonné. J’ai découvert que ce sont des problèmes financiers qui ont poussé ma mère biologique à me laisser à l’orphelinat. Je suis reconnaissant envers mes parents adoptifs qui m’ont permis de vivre une belle vie. La recherche a été stressante mais je sais maintenant que j’ai une famille en Colombie. Je ne sais pas quand je vais pouvoir les rencontrer en vrai mais j’ai hâte de passer du temps avec eux.


436 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout